Abonnez-vous, qu'elles disaient!

Line Guellati

Après des étapes en France puis au Québec, Line Guellati a poursuivi sa formation théâtrale en Belgique, à l'ESACT. Diplômée en 2010, elle co-fonde le Darouri Express avec Marion Lory, Candice Guilini et Camille Husson.

Autrice, metteuse en scène, comédienne et co-fondatrice de projets : le parcours de Line se caractérise par sa diversité et ses engagements.

En collaboration avec différentes structures et asbls, elle monte notamment, Garuma ! d’Ad de Bont, un spectacle itinérant et inter-culturel qui a rassemblé les publics au Maroc, en France et en Belgique.
Le projet Autrices, mené avec Elsa Poisot et Corinne Ricuort, met à l’honneur des autrices issues de la diaspora africaine et caribéenne à travers un cycle de lectures-spectacles et de rencontres.
En 2016, le Darouri Express lance MYZO ! de Camille Husson, un spectacle labellisé d’utilité publique, qui questionne les stéréotypes sexistes et le manque de représentativité des femmes dans l’Histoire.

Line inscrit sa recherche actuelle dans la continuité de la démarche du Darouri Express où un travail de terrain, en lien avec des publics concernés, est essentiel et se réalise au sein des créations.

Sa Curieuse Résidence

Prolongeant un geste artistique débuté à l’ESACT il y a plusieurs années, Line Guellati travaille actuellement sur son nouveau projet : Tu me prends pour un fil ? (titre provisoire), et y consacrera sa Curieuse Résidence.

Elle y poursuivra sa recherche et, dans ce cadre, proposera des ateliers et des rencontres avec les publics concernés, qui alimenteront son travail d'écriture. Elle réalisera également une résidence de création pendant laquelle elle poursuivra un travail de plateau avec les comédien.ne.s. Marion Lory, AntojO Otero et Amélie Lemonnier.

Une première restitution (étape de travail, rencontre, programmation en regard...) est envisagée en octobre 2019, dans le cadre du 14e Festival Voix de Femmes.

Quelques mots sur "Tu me prends pour un fil ?" (titre provisoire) : 

Mon frère est un poids pour la société car on ne sait pas où le ranger. Il ne produit rien. Pourtant, il sait lire dans les atomes ! Son humour est corrosif. Il imprime l’essence des choses. Mon frère est magicien, il contourne des obstacles qui nous sont invisibles. Quelle place occupe-t-il dans cette société ? Quelle place n’occupe-t-il pas ? Est-ce un « perdant » ? Un « déviant » ? Je ne veux plus nier cette réalité dans laquelle il évolue. J'aimerais pouvoir le rencontrer autrement que par son diagnostic. Si un belge sur cent souffre de schizophrénie, un sur trois a été confronté à des troubles mentaux durant sa vie, il est temps alors de repenser nos relations à ces troubles et à ceux qui en souffrent. J’aimerais que nous tentions de déconstruire les regards et les visions que nous avons de la maladie. J’aimerais chercher en scène de nouveaux modes d’expression en élargissant mes/nos perceptions. Tenter de décloisonner mon imaginaire et voyager dans ses narrations qui ne ressemblent à aucune autre. Cette recherche est une rencontre. Entre plusieurs réalités, qui questionnent la réalité même.

lineguellati_portrait_webs.jpg

Photo : Lou Galopa.
Photo : Lou Galopa.