Subscribe !

Aline Hemagi Fernande

Artiste, conteuse, performeuse, improvisatrice vocale, poètesse... mais aussi directrice artistique, en duo avec Novella De Giorgi, des Dimanches du Conte de Bruxelles. Sous toutes ses casquettes, Aline Hemagi Fernande - aka La Sardine - développe un travail ancré dans l'oralité et les formes de narrations contemporaines, influencé par la scène alternative, les musiques improvisées, la convergence des luttes (LGBTQIA+, féministes, décoloniales, écologistes, artistiques, sociales, ...). 

Elle cherche à faire émerger poétiquement et collectivement les révoltes ancrées en nous et revendique une parole assumée en faveur des minorisé·es, fragilisé·es, des êtres hors normes et des questions de genre. Pour que les imaginaires s'interconnectent, forment des univers uniques et éphémères, et laissent leurs traces dans les mémoires des publics.

Sa Curieuse Résidence 

Trois arts : le conte, le chant, la musique. Et trois mots d'ordre : la désobéissance, le rituel, la jubilation.

« Quand on est lesbienne, comment ne pas rêver à un lieu hors du monde, de ses tracas quotidiens, de ses violences insoutenables, des pressions sociétales sur les corps des femmes et leurs choix de vie. Un lieu soustrait aux privilèges et à la domination des hommes. Un lieu en communauté de femmes, un lieu consacré à l'étude, à la recherche, un lieu autosuffisant, un lieu où on peut apprendre tous les métiers, jouer tous les rôles. En termes de mythologie, on retrouve souvent ce lieu sous la dénomination de L'île aux femmes. Sur cette île, les amoures entre femmes sont monnaie-courante et l'aboutissement de ces amoures dépend de la société dans laquelle la conteuse ou le conteur évolue et de son positionnement par rapport aux normes de la société. »

Dans le projet de création « Ma Soeur, Mon Amour » (titre provisoire), c'est du couvent comme déclinaison de cette île aux femmes qu'il s'agit. Un lieu où de nombreuses femmes se sont réfugiées pour échapper aux normes du mariage, de l'hétéronormativité, de la maternité. Loin des fantasmes déjà revisités de nombreuses fois, ce seront principalement des histoires de femmes religieuses et lesbiennes qui ont réellement existé qui seront mises en récit ici. Mêlés à d'autres récits qui prendront leur place sous des petites formes poétiques de chants et de rituels empruntés à la religion catholique, aux contes et chants traditionnels populaires francophones, ou de compositions influencées par des musiques contemporaines. 

Il y sera question d'Amour - qu'il soit pour une autre soeur, une autre femme, le Christ ou la Vierge Marie – et de Révolte !

Avec : Caroline Stavaux (créatrice sonore), Myriam Pellicane (accompagnatrice artistique), Moni Wespi (scénographe et costumière), Carine Demange (conseillère artistique), Alice Dussart (créatrice lumières). Visuels : Novella De Giorgi (photographe)et Pauline Richon (vidéaste). 

Et nous, on jubile déjà!

aline-_brouillon_de_costume_2020.jpg

Aline Hemagi Fernande, brouillon de costume pour "Ma soeur, mon amour" (titre provisoire), 2020.
Aline Hemagi Fernande, brouillon de costume pour "Ma soeur, mon amour" (titre provisoire), 2020.

entre-les-t-n-bres-paillettes.jpg

Entre Tinieblas (capture) de Pedro Almodóvar, 1983.
Entre Tinieblas (capture) de Pedro Almodóvar, 1983.

le_couvent_de_la_bete_sacree_norifumi_suzuki_1974.jpg

Le couvent de la bête sacrée (capture) de Norifumi Suzuki, 1974.
Le couvent de la bête sacrée (capture) de Norifumi Suzuki, 1974.